04- Déduction forfaitaire ou option pour les frais réels ?

04- Déduction forfaitaire ou option frais réels ?
04- Déduction forfaitaire ou option frais réels ?

Commentaire

Pour exercer sa profession, le salarié engage des dépenses variables selon sa situation : frais de transport, frais de repas… Ces dépenses sont prises en compte pour le calcul du revenu imposable, soit par le biais d’une déduction forfaitaire de 10 %, soit par option pour la déduction des frais réels.

Quel que soit le mode de déduction retenu pour ces frais professionnels, la déduction s’applique pour chaque membre du foyer fiscal sur les salaires imposables respectifs (ou traitements, allocations de chômage, indemnités journalières…).

Par défaut, c’est la déduction forfaitaire de 10 % qui est appliquée. Elle comporte un plancher et un plafond revalorisés chaque année.
Ainsi, pour la détermination de l’impôt sur les revenus de 2018 :

Mini437 €
Maxi12 502 €

L’option pour la déduction des frais réels exclut le recours à la déduction forfaitaire de 10 % et s’exerce pour l’année entière. Elle doit être envisagée si la déduction forfaitaire de 10 % est insuffisante pour couvrir les dépenses professionnelles engagées.
En revanche, cette option exige d’intégrer aux traitements et salaires imposables les allocations et remboursements pour frais professionnels perçus. En outre, elle nécessite la justification de la réalité et du montant des dépenses.

Pour le propriétaire d’un véhicule utilisé à titre professionnel, les dépenses engagées peuvent être évaluées par l’application d’un barème kilométrique publié chaque année par l’administration. Ce barème prend en compte notamment : la dépréciation du véhicule, les frais de réparation et d’entretien, la consommation de carburant, les primes d’assurances, etc.

Voir Barèmes kilométriques

Contenu vérifié le 26 avril 2019